TIMBRES DU MONDE ENTIER / STAMP FROM AROUND THE WORLD

RECONNAITRE LES FAUX TIMBRES


Reconnaitre les faux timbres ( astuces )

Les timbres au type Merson : les faux dits de « Forbin », 1912

Un grand merci a l'auteur de cet article : http://www.coppoweb.com


portrait de luc-olivier merson
Luc-Olivier Merson (1846-1920)
Sommaire général
Vie
Oeuvre
Images des oeuvres
Les timbres de France au type Merson
Les timbres étrangers au type Merson

Ils ont fait l'objet de plusieurs études, dont celles-ci, qui m'ont permis de vous présenter ces quelques pages :


[1]  1976-10 Echo de la Timbrologie No 1470 Le Faux 5F Merson de France (M. Pierre QUESNEL)
[2]  1987-06 Le Monde des Philatélistes No 409 Juin 1987 Les Faux timbres au type Merson de 1912-1ère partie (MM. Jean STORCH et Robert FRANÇON)
[3]  1987-07 Le Monde des Philatélistes No 410 Juillet -Aout 1987 Les Faux timbres au type Merson de 1912-2ème partie (MM. Jean STORCH et Robert FRANÇON)
[4]  1989-10 Le Monde des Philatélistes No 434 Faux « Merson » de 1912 : Sur la piste des faussaires (MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY)

Il s'agit de faux de très bonne qualité réalisés pour tromper les collectionneurs. 

Quelle serait l'origine de ces faux ?

Ces vignettes sont apparues vers 1912 chez le marchand parisien FORBIN, d'où leur nom. Ils sont -à de très rares exceptions- tous oblitérés. Probablement, en raison des poursuites possibles envers les faussaires (cf. articles 443-2, 443-4, 444-1, 444-3 du code pénal
il a pu tous les oblitérer pour ne tromper que les collectionneurs en vendant de pseudo fac-similés

Plusieurs hypothèses, mais pas de certitude

Un vol à l'Atelier ?

On ne sait toujours pas avec certitude où ces timbres ont pu être imprimés. Peut-être en Belgique ? M. Wilfrid HAWORTH a émis l'hypothèse d'un vol en 1901 à l'Atelier des timbres-poste. L'Administration aurait alors changé le poinçon pour démasquer les voleurs. Mais cette version parait peu plausible si l'on considère l'absence de trace de ce vol de Merson dans les documents administratifs d'époque et le grand nombre de faux timbres émis dans les BFE. 

Un faussaire ?

L'hypothèse la plus vraisemblable est celle émise par MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY en 1989[4] :


« D.-J. Bramly, rédacteur du Journal of the France and Colonies Philatelie Society de Grande-Bretagne, (...) a interrogé les témoins encore vivants de cette lointaine époque. Il a consulté de nombreux journaux, philatéliques ou non. Enfin il a été autorisé à consulter les archives des plus grands négociants de Grande-Bretagne. Les découvertes sont surprenantes. 
M. A. Constantine est né avec le siècle. Tout jeune homme il s'installa négociant en timbres-poste à Paris jusqu'à son appel sous les drapeaux, en 1939. Après la débâcle de 1940, il rejoignit les Forces fran­çaises libres à Londres. La guerre terminée, et s'étant entre-temps marié avec une Anglaise, il s'établit à Londres, où il recommença le commerce des timbres-poste. Ce très réputé négociant est décédé le 7 juillet 1987. 
(...)
Il avait plus de quatre-vingts ans quand, en 1983, D.-J. Bramly lui demanda un entretien. Ils parlèrent, entre autres, longuement des faux de Forbin. 
(...)
La rumeur publique en attribuait le commerce à M. Forbin, négociant en timbres à Paris. Il serait entré en contact avec un faussaire espagnol qui aurait fui son pays sous l'accusation d'avoir fait des faux billets de banque de 100 pesetas. C'est ce dernier qui aurait fait les planches. 
D'après M. Constantine, à cette époque M. Forbin aurait eu en tant qu'employés les frères Grosswald dans sa boutique et leur beau frère, C. Sibirsky (qui se faisait appeler Sibiesco), en tant que commis voyageur. 
M. Constantine insistait sur le fait que Forbin ne vendit jamais aucun faux dans son magasin ou par correspondance. Toutes les ventes auraient été faites, en gros, à d'autres négociants par l'intermé­diaire de Sibirsky, et beaucoup d'acheteurs savaient très bien qu'ils achetaient des faux. 
Bien que les soupçons se soient portés immédiatement sur Forbin, dès 1912, M. Constantine n'entendit parler d'aucune accusation officielle au sujet de ces faux avant 1918. 
Un des Grosswald et Sibirsky furent arrêtés en 1918. Cela nous en avons la preuve officielle, comme on le verra plus loin. 
D'après les souvenirs de M. Constantine, Forbin aurait été accusé, dans les années 20, non pas en tant que faussaire mais en tant que fraudeur. Cette accusation aurait été rendue possible par une imprudence de Forbin. Il aurait envoyé à certains receveurs de bureaux de poste des BFE des enveloppes revêtues de faux pour les oblitérer et les lui renvoyer à son adresse. Un des receveurs aurait eu l'attention atti­rée par une différence de teinte de ces timbres et aurait envoyé une ou deux de ces enveloppes pour expertise à Paris, au bureau central des BFE. Les timbres auraient été reconnus comme faux. Des perquisitions auraient eu lieu dans la boutique et l'appartement de Forbin et auraient permis de découvrir d'autres enveloppes oblitérées. 
Mais on n'aurait pas pu trouver d'autre preuve contre Forbin.
D'après M. Constantine les juges auraient fait savoir à Forbin qu'ils le soupçonnaient d'être l'instigateur des falsifications mais que, faute de preuve, on n'aurait retenu contre lui que l'accusation de fraude, et il aurait été condamné. Plus tard, Forbin vendit sa boutique mais continua encore longtemps le commerce des timbres­poste. 
(...)
Toute la presse parla des faux Merson, et la rumeur publique accusa Forbin.
Il semble bien que le commerce dura trois ans. Une piste est donnée par les dates des fausses oblitérations. Elles s'échelonnent du 11 janvier 1909 au 16 juillet 1912. Cela n'est pas une preuve absolue mais une simple indication. Après 1913 on ne parla plus de cette affaire. Elle ne refit surface dans la presse qu'en 1918. Le journal le Matin du 1er janvier 1918 écrit : 
« A travers la France. Faits divers. Alpes-Maritimes, Nice. Le service de la Sûreté a arrêté deux individus nommés Sibiesco et Grosswald. Ils fabriquaient des faux billets de banque et des timbres. On pense que leur émission de faux billets est importante. » 
(...)
Voici donc les faussaires sous les verrous, mais dans la presse nous n'avons trouvé aucune mention d'un éventuel procès. Nous n'avons pas trouvé non plus la référence du graveur espagnol dont nous a parlé M. Constantine. Enfin jusqu'ici nous n'avons trouvé aucune mention écrite du procès de M. Forbin, dont se souvenait si bien M. Constantine. Il reste donc bien des mystères concernant les faussaires même si les pistes sont très convergentes. »

in Le Monde des Philatélistes No 434, Octobre 1989. Faux « Merson » de 1912 : 
Sur la piste des faussaires (MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY)



En résumé, il semble bien que l'on soit dans le cas d'une escroquerie visant les collectionneurs.
Seul le 5F est apparu sur le marché français. Comme le faussaire ignorait sans doute que le poinçon du 5 F différait des autres, tous les 1F, 2F, 5F des BFE comportent ces mêmes différences. 


 

Les Faux 5F

Ce sont les plus facilement identifiables.
La seule valeur présente pour la France. On le trouve également pour les Bureaux Français de l'Etranger (BFE) avec les mêmes détails différentiateurs.


Les différences

Selon l'étude de Monsieur QUESNEL[1], la dentelure verticale présente une légère différence (le faux diffère parfois d'une ½ dent). Mais, en examinant ces timbres de près avec un odontomètre, on se rend compte que cette différence n'affecte pas systématiquement tous les faux, mais certains d'entre eux, sans qu'il n'y ait de logique réelle.
On trouve une petite variation de ± ¼ uniquement sur la dentelure verticale du faux 5F.
Voir : red_arrow.gif Les dentelures du faux merson 

Le format du cadre qui diffèrent :


faux_chi_5fb.jpg 
Faux 5F de Chine
dentelé 14 x 13,5 à 13,75
Format : 35,7 à 36 mm x 20 à 20,5 mm

vrai_chi_5fb.jpg 
Vrai 5F de Chine
dentelé 14 x 13,5
Format : 35,7 à 36 mm x 20,2 à 20,7 mm



Sur le timbre, ce sont pas moins de sept détails majeurs (mais il y en a d'autres plus ou moins pertinents selon l'encrage) qui permettent de les repérer :



1-Cartouche de la valeur


faux_detail-1.jpg 
Position
faux_5f-detail-1.jpg 

Faux
Cinq lignes de points
distincts nets et séparés

vrai_5f-detail-1.jpg 
Vrai 
quatre lignes de points 
mal imprimées
faux_5f-detail-1ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-1ex.jpg 
Vrai

2-Coin supérieur gauche


faux_detail-2.jpg 
Position
faux_5f-detail-2.jpg 

Faux
Une ligne brisée
sur quatre
vrai_5f-detail-2.jpg 
Vrai 
Deux lignes brisées 
sur quatre
faux_5f-detail-2ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-2ex.jpg 
Vrai


3-Angle inférieur droit


faux_detail-3.jpg 
Position
faux_5f-detail-3.jpg 

Faux
Deux traits verticaux 
intacts
vrai_5f-detail-3.jpg 
Vrai 
Deux traits verticaux 
brisés
faux_5f-detail-3ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-3ex.jpg 
Vrai


4-Angle inférieur gauche


faux_detail-4.jpg 
Position
faux_5f-detail-4.jpg 

Faux
8 lignes verticales
à gauche de la colonne
vrai_5f-detail-4.jpg 
Vrai 
7 lignes verticales
à gauche de la colonne
faux_5f-detail-4ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-4ex.jpg 
Vrai


5-Cartouche du nom du Pays ou du mot POSTES pour les timbres de France


faux_detail-5.jpg 
Position
faux_5f-detail-5.jpg 

Faux
Lignes contre 
le tronc très nettes
vrai_5f-detail-5.jpg 
Vrai 
lignes contre le tronc
mal brisées, 
peu distinctes
faux_5f-detail-5ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-5ex.jpg 
Vrai


6-Coin supérieur droit


faux_detail-6.jpg 
Position
faux_5f-detail-6.jpg 

Faux
feuille avec grosse 
nervure centrale
avec un point au dessus
vrai_5f-detail-6.jpg 
Vrai 
feuille avec 2 nervures
fines et séparées
faux_5f-detail-6ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-6ex.jpg 
Vrai


7-bas gauche du cartouche de la valeur


faux_detail-7.jpg 
Position
faux_5f-detail-7.jpg 

Faux
feuille coupée
vrai_5f-detail-7.jpg 
Vrai 
feuille entière
faux_5f-detail-7ex.jpg 

Faux
vrai_5f-detail-7ex.jpg 
Vrai

 


 

Quelques autres exemples du faux 5F

On trouve le 5 F pour la France, et les bureaux des BFE suivants : Alexandrie, Crète, Dédéagh, Levant, Maroc, Port-Saïd, Zanzibar.


faux_fr_5fb.jpg 
Faux 5F de France

faux_ale_5fb.jpg 
Faux 5F d'Alexandrie

faux_lev_5fb.jpg 
Faux 5F du Levant

 


 

Les Faux 1F (BFE uniquement)


faux_zan_1f-1b.jpg 
Faux 1F de Zanzibar
dentelé 14 x 13,5 à 13,75
Format : 35,7 à 36 mm x 20 à 20,5 mm

vrai_zan_1f-1b.jpg 
Vrai 1F de Zanzibar
dentelé 14 x 13,5
Format : 35,7 à 36 mm x 20,2 à 20,7 mm



Sur le timbre, les mêmes quatre premiers détails permettent de les repérer (encore une fois, en les examinant de près, il y en a d'autres de moindre importance):



1-Cartouche de la valeur


faux_zan_detail-1.jpg
Position
faux_1f-detail-1.jpg

Faux
Cinq lignes de points
distincts nets et séparés

vrai_1f-detail-1.jpg
Vrai 
quatre lignes de points 
mal imprimées
faux_1f-detail-1ex.jpg

Faux
vrai_1f-detail-1ex.jpg
Vrai

2-Coin supérieur gauche


faux_zan_detail-2.jpg 
Position
faux_1f-detail-2.jpg 

Faux
Une ligne brisée sur quatre
vrai_1f-detail-2.jpg 
Vrai 
Deux lignes brisées sur quatre
faux_1f-detail-2ex.jpg 

Faux
vrai_1f-detail-2ex.jpg 
Vrai


3-Cartouche du nom du Pays


faux_zan_detail-3.jpg 
Position
faux_1f-detail-3.jpg 

Faux
Lignes contre 
le tronc très nettes
vrai_1f-detail-3.jpg 
Vrai 
lignes contre le tronc
mal brisées, 
peu distinctes
faux_1f-detail-3ex.jpg 

Faux
vrai_1f-detail-3ex.jpg 
Vrai


4-Coin supérieur droit


faux_zan_detail-4.jpg 
Position
faux_1f-detail-4.jpg 

Faux
feuille avec grosse 
nervure centrale
avec un point au dessus
vrai_1f-detail-4.jpg 
Vrai 
feuille avec 2 nervures
fines et séparées
faux_1f-detail-4ex.jpg 

Faux
vrai_1f-detail-4ex.jpg 
Vrai

 


 

Quelques autres exemples du faux 1F

On trouve des faux 1F pour les bureaux des BFE suivants : Alexandrie, Cavalle, Crète, Dédéagh, Levant, Maroc, Port-Saïd, Zanzibar.


faux_ale_1fb.jpg 
Faux 1F d'Alexandrie

faux_cav_1fb.jpg 
Faux 1F de Cavalle

faux_chi_1f-1b.jpg 
Faux 1F de Chine

faux_chi_1f-2b.jpg 
Faux 1F de Chine

 


 

Les Faux 2F (BFE uniquement)


faux_lev_2f-2b.jpg 
Faux 2F du Levant
dentelé 14 x 13,5 à 13,75
Format : 35,7 à 36 mm x 20 à 20,5 mm

vrai_lev_2fb.jpg 
Vrai 2F du Levant
dentelé 14 x 13,5
Format : 35,7 à 36 mm x 20,2 à 20,7 mm



Sur le timbre, comme pour le 1F des BFE, quatre détails principaux permettent de repérer les faux (avec la même remarque que pour le 5F et le 1F) :



1-Cartouche de la valeur


faux_lev_detail-1.jpg
Position
faux_2f-detail-1.jpg

Faux
Cinq lignes de points
distincts nets et séparés

vrai_2f-detail-1.jpg
Vrai 
quatre lignes de points 
mal imprimées
faux_2f-detail-1ex.jpg

Faux
vrai_2f-detail-1ex.jpg
Vrai

2-Coin supérieur gauche


faux_lev_detail-2.jpg 
Position
faux_2f-detail-2.jpg 

Faux
Une ligne brisée sur quatre
vrai_2f-detail-2.jpg 
Vrai 
Deux lignes brisées sur quatre
faux_2f-detail-2ex.jpg 

Faux
vrai_2f-detail-2ex.jpg 
Vrai


3-Cartouche du nom du Pays


faux_lev_detail-3.jpg 
Position
faux_2f-detail-3.jpg 

Faux
Lignes contre 
le tronc très nettes
vrai_2f-detail-3.jpg 
Vrai 
lignes contre le tronc
mal brisées, 
peu distinctes
faux_2f-detail-3ex.jpg 

Faux
vrai_2f-detail-3ex.jpg 
Vrai


4-Coin supérieur droit


faux_lev_detail-4.jpg 
Position
faux_2f-detail-4.jpg 

Faux
feuille avec grosse 
nervure centrale
avec un point au dessus
vrai_2f-detail-4.jpg 
Vrai 
feuille avec 2 nervures
fines et séparées
faux_2f-detail-4ex.jpg 

Faux
vrai_2f-detail-4ex.jpg 
Vrai

 


 

Quelques autres exemples du faux 2F

On trouve des faux 1F pour les bureaux des BFE suivants : Alexandrie, Cavalle, Crète, Dédéagh, Maroc, Port-Saïd, Zanzibar.


faux_ded_2fb.jpg 
Faux 2F de Dedeagh

faux_zan_2fb.jpg 
Faux 2F de Zanzibar

 


 

Les faux cachets

Les dates s'étalent de 1909 à 1912 pour la France et Alger et de 1903 à 1911 pour les BFE, selon les études effectuées par le Dr JOANY, et MM QUESNEL, STORCH, FRANÇON et D.-J. BRAMLY. 
Les fausses oblitérations du 5F de France désignent :

    • les bureaux de Paris :
      bureau 1-place de la Bourse (2ème)bureau 2-rue Milton (9ème)bureau 4-rue d'Enghien (10ème)bureau 10-rue de Rennes (6ème)bureau 22-rue de Provence (9ème), 25-rue Danton (6ème), bureau 41-av. Duquesne (7ème), bureau 51-rue Le Peletier (9ème)bureau 66-rue d'Alésia (14ème),bureau 96-rue Gluck (9ème)bureau 118-rue d'Amsterdam (9ème)
    • ,
    • les villes de Boulogne sur MerLusigny (Aube)Lyon-PerracheMarseille A, Mont-de-Marsan (Landes)Reims-Vesle (Marne)Tours
    • Alger





« Les timbres étaient vendus oblitérés, et il fallait, pour ne pas attirer l'attention, que les cachets soient très nombreux et les dates très variées. Un même cachet répété des milliers de fois aurait attiré l'attention des collectionneurs perspicaces. De nombreux cachets sont illisibles. Tous les cachets faux ont à la lampe de Wood (UV) une réaction différente des cachets authentiques et sont donc faciles à détecter. » 

in Le Monde des Philatélistes No 434, Octobre 1989. Faux « Merson » de 1912 : 
Sur la piste des faussaires (MM. Jean STORCH et D.J. BRAMLY)








30/11/2011
0 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :